NYC

2008

Pour sa troisième exposition : NYC, Cyril Delettre joue avec les structures urbaines de New York.

Comme dans ses deux expositions précédentes (Vibrations et Om) Cyril Delettre prend les chemins de traverse de la photographie, utilisant un jouet : un appareil photo basique chinois en plastique. 

Là encore, il joue de la superposition, du temps et du mouvement.

 

Ce nouveau travail est au service de la narration. 

Le temps qui était suspendu dans ses photos indiennes pour atteindre une esthétique picturale méditative, et ici décomposé au service du récit.

Entre chaque image superposée, dans le temps qui sépare chaque prise de vue, s'insère un bout d'histoire. Entre chaque image superposée s'insère aussi l'imagination du spectateur.

L'image finale restitue un mouvement condensé, une sorte de court-métrage en une vue.

 

Les photos sont prises très vite, dans une sorte d’écriture automatique, ou l’émotion liée au lieu prévaut sur la recherche esthétique.

La déconstruction-reconstruction de l’espace capte le flux d’informations, le décompose, le superpose. Le reportage devient alors plus émotionnel et narratif qu’informatif, le décor broyé livre des image latentes : une nouvelle ville surgit, une sorte de Babylone et c’est toujours New-York.

La ville se prête magnifiquement à ce jeu : les structures géométriques s'animent d'une fragilité très humaine.

 

Ce travail de déconstruction est en revanche très structuré.

Il n’y a pas d’innocence dans les cadrages, pas de hasard. 

Le hasard se glisse dans les superpositions : le photographe retrouve l'excitation et la magie de l’attente du développement des films pour découvrir enfin les photos.

C’est un travail brut, sans ordinateur, sans tricherie avec le plaisir du côté charnel de l’argentique.

 

Reporter pour la presse, Cyril Delettre a choisi d'aller à l'encontre des tendances lourdes du métier de photographe aujourd'hui. Son travail artistique tourne le dos à la spirale numérique, privilégie l’émotion, retrouve le sens au-delà de l'information, le récit au-delà des faits. Il oeuvre dans la nuance et la durée.